La commune de Zoteux Envoyer

Informations Générales

Blason de la commune de Zoteux
Blasons Communaux

Maire :

Daniel LANCE
LANCE Daniel

Secrétaire :

DELPLANQUE Patricia

Adresse :

12 Place St Pierre
62650 ZOTEUX

Horaires d'ouverture :

- lundi de 13h30 à 18h00
- mardi et jeudi de 10h00 à 12h00
- vendredi de 13h30 à 18h30

Permanence Maire :

- vendredi de 14h à 16h

Contact :

03-21-86-11-23

 

Le Conseil Municipal

Mandature 2014-2020 :

 

LANCE Daniel, Maire – PICHONNIER Richard, 1ère Adjoint – DELPLANQUE Gérald, 2ème Adjoint – DACQUIN Yves 3ème Adjoint – MERLOT Françoise, 4ème Adjointe – GALLET Daniel – LAMARRE Guillaume – DEVULDER Emilie – HAIGNERE Emilie – BAY Nicole – HANQUEZ Stéphane – SCIGACZ Jérôme – LEBEGUE Christiane – LECHERE Johann – FOURMANOIR Philippe

Historique

Le nom du village au cours des années :

1466 - Les Hosteulx, Titres de famille.
---- - Les Hoteux, Ibidem.
---- - Les Auteulx, Ibidem.
1650 - Les Oteux, Jansson, loc. cit..
1656 - Les Auteux, Sanson, loc. cit..

Un petit tour dans l'histoire :

D'après L. Ricouart, grand historien du Boulonnais, le nom de Zoteux s'orthographait "les Hoteux" puis les « Auteux". Les Hosteux habitant les hostages étaient des hommes libres que l'on attirait dans un terroir en leur concédant des franchises et des avantages matériels pour les attacher au sol. Quant à "Auteux" il vient des autels des grands Dieux, que vénéraient les armées romaines, dressés au grand carrefour des voies romaines.

Le lieu-dit des carrefours des sept voies romaines divisent encore les grands historiens. S'agit-il de voies très anciennes antérieures aux chaussées romaines utilisées par les premiers missionnaires qui prédirent l'Evangile dans le Boulonnais ? N'est-ce pas plutôt des chemins utilisés par les romains en dehors des routes militaires construites avec des cailloux et des pierres et appelaient « VIAS-TERREWAS » ? Un calvaire érigé en 1824, rétabli en 1856, indique encore les directions des 7 voies utilisées autrefois.

L'église St Pierre, d'après Rodière, est un édifice du XVème siècle. Deux clefs de voûte sont ornés d'écusson dont l'un est aux armes de la gruthuse Jean de Bruges, Gouverneur et Lieutenant Général du roi de Picardie décédé à Abbeville en 1512. Ce blason n'aurait-il pas été gravé du fait de la participation de cette famille à la construction du chœur ? Sur les bénitiers on relève les inscriptions de François Delastre, Seigneur d'Escau Capitaine de Cavalerie des Troupes du Boulonnais (1698). Quant aux cloches, l'une dénommée Marie-Françoise date de 1824 et fut offerte par la famille Denquin De la Folly dont nous aurons l'occasion de reparler. La seconde, bénie le 2 Juillet 1972, fut achetée grâce au bénéfice d'une fête intervillages. Elle remplace Périne, cloche datant de 1514, classée Monument Historique gui décore actuellement la place du village.

Les deux mottes féodales aux mortiers et aux correaux n'ont rien de bien significatif tout comme le Château en construction inachevé, du fait de la Révolution, qui est actuellement.

Par contre les mendiants ne restaient pas inaperçus tel celui dont la famille refusait qu'il ait son couvert à la maisonnée et qui se nourrissait essentiellement du pain reçu de généreux donateurs, ou encore cette famille de nomades logeant dans une roulotte sur la place. Cependant le plus connu fut "le Pauvre Millionnaire de Zoteux".

Henri Bonaventure Denquin vint s'installer en 1841. Il devait hériter d'une fortune considérable, seul héritier d'une grande famille locale. Pourtant, par amour de l'économie, il avait soin de vendre la meilleure part de ses produits agricoles, se réservant pour son nécessaire les choses de moindre valeur. De même, la tenue vétuste qu'il portait, l'attelage délabré en sa possession faisait du père Denquin un personnage légendaire que l'on montrait du doigt. Lorsqu'il était chez lui, sa tenue était tellement lamentable qu'un jour, lorsqu'il se chauffait à un feu de bois, un mendiant qui s'était introduit près de lui croyant qu'il se trouvait en face d'un miséreux comme lui, lui dit "tu viens aussi mendier".

La réputation de richissisme le désigna bien vite aux malfaiteurs. Plusieurs fois il fut assailli volé, mais il refusa toujours de faire le moindre mal à ceux qui l'avait volé.

L'avarice le caractérisant, il refusait de donner l'aumône à tout indigent, la méprise ou la réflexion ne changeant rien à la situation.

Le millionnaire de Zoteux mourut le 21 Août 1874 à l'âge de 82 ans. On découvrit dans sa demeure des plus délabrée un sac, servant d'oreiller, renfermant vingt mille francs en pièces d'or. Le sol de la chambre débarrassé laissait place à de nombreuses cavités renfermant pièces d'or et d'argent de divers pays, la plupart n'ayant plus cours.

Ses héritiers au nombre d'une vingtaine se réunirent pour le partage plusieurs fois, donnant droit à de joyeux festins et boissons à la santé du défunt. En reconnaissance de ce "colossale" héritage, les bénéficiaires firent ériger dans le cimetière de Bezinghem, un monument d'une valeur de 500 F qui a disparu et c'est regrettable.

 

Plan de Zoteux