La commune d'Ergny Envoyer

Informations Générales

Blason de la commune de Ergny
Blason Communal

Maire :

Bruno CARLU
CARLU Bruno

Secrétaire :

EVRARD Isabelle

Adresse :

Rue de l’école
62650 ERGNY

Horaires d'ouverture :

- lundi de 14h à 16h
- vendredi de 14h à 16h30.

.....................................

Permanence Maire :

- vendredi de 14h à 15h

Contact :

03-21-86-53-79

 

Le Conseil Municipal

Mandature 2014-2020 :

 

CARLU Bruno, Maire – DELCLOY Alain, 1er Adjoint – BUIRE Véronique – SOCKEEL Guy – CORDIER Christophe – REMONT Nicolas – DELCLOY Didier – SALOMON Damien – HORNOY Alain – GRAVE Anne – FRAMMERY Magalie

Historique

Le nom du village au cours des années :

1205 - Ergny, Titres du chap. de Thérouanne.
1656 - Ergnie, Sanson, loc. cit..

Un petit tour dans l'histoire :

Ergny était du nombre des villages isolés au milieu du bois et de ce fait resta donc longtemps ignoré. A peine retrouve-t-on le souvenir de son existence au Moyen Age dans les titres de l'Abbaye de Ruisseauville qui y partageait la dime avec les templiers.

Dans les premières années du XIIIème siècle, les Templiers s'installèrent à Combermont ou Combremont au milieu de la plaine entre Ergny et Campagne-les-Boulonnais. Cette commanderie possédait 300 journaux de terre et 40 journaux de bois (un journal était la quantité de terrain qu'un homme pouvait labourer en un jour). Le commandeur de Combermont Jehan d'Epaigny fut choisi en Juin 1279 comme arbitre d'un litige entre Guillaume de Thiembronne et l'Abbaye St André au bois.

A l'époque de la suppression des Templiers par Philippe IV le Bel, les biens de Combremont furent réunis à la Commanderie de Loison et comme celle-ci, attribués aux Chevaliers de St Jean de Jérusalem. Les guerres du XIVème s. la ruinèrent et en 1640 la maison et la chapelle furent incendiées ne laissant absolument rien des bâtiments sauf le puits au fonds duquel on retrouva en 1822 une vieille cloche dénommée "la Templière" que l'on refondit en 1884 sans hélas y reproduire les inscriptions d'origine et qui se trouve actuellement dans le campanard de l'église. L'église aurait, au dire de certain, été construite en deux fois, la paroisse étant très pauvre (ce que pourrait attester le mélange de briques et pierres pour sa construction, les ouvertures différentes de la Nef et du Choeur) et pourrait dater du XIIIème siècle. A l'intérieur les tableaux du Chemin de Croix sont classés.

Le presbytère aurait appartenu à un certain M. De Beaupré, probablement le Seigneur, propriétaire du Château qui d'après certains dires était édifié assez près de la Ferme de Combremont. Le Presbytère, offert en donation à l'Evêché à la condition expresse qu'il y ait toujours un curé dans la Paroisse, abrita une Ecole Privée qui cessa de fonctionner à la fin du XIXème siècle. On peut encore y admirer les fenêtres à barreaux ainsi qu'un remarquable colombier.

En 1553 périt au siège de Thérouanne un nommé Jacques Livrier, Seigneur de Quéhen actuel hameau de la Commune.

Un certain Lefebvre d'Ergny fut l'un des pendus sur la place d'Hucqueliers lors de la guerre des Lustucrus. L'Abbé Braure dont nous aurons l'occasion de reparler naquit à Ergny en 1755.

Plus près de nous, la construction du Monument aux Morts causa un grand trouble ; la moitié du Conseil Municipal voulant le bâtir en haut d'Ergny, l'autre moitié en bas. Il fut finalement construit vers le haut, mais quelques temps plus tard il fut déplacé en bas de l'église où il se trouve actuellement.

Durant la dernière guerre, le Maire M. Carlu évita de nombreuses catastrophes avec les Allemands.

Dans un autre domaine, on se souvient du passage de Marie pistole et de bonnet rouge ainsi que de Celinie qui mendiait à la sortie de mariages, ce qui lui permettait de donner un morceau de pain à ses enfants à l'école.

L'Aa alimentait autrefois un moulin à farine dont les bâtiments d'origine en pierre blanche existent encore. Seule la roue à aubes a disparu mais la chute d'eau qui l'actionnait continue à faire entendre son agréable bruit de cascade. En dehors de ce moulin à eau, selon l'inventaire des moulins du Pas-de-Calais en 1809, un autre moulin, à vent celui-là, se trouvait dans la plaine entre Ergny et Bourthes au lieu-dit « Plaine du Moulin ».

Cette commune était aussi desservie deux à trois fois par jour par le petit train de la ligne d'Aire sur la Lys à Berck. La gare avait une certaine importance au moment de la récolte des betteraves à sucre. Les cultivateurs des communes voisines en particulier Campagne-les-Boulonnais venaient les mettre en dépôt en vue de leur transport par voie ferrée jusqu'à la sucrerie.

Par ailleurs une carrière à sable était fréquentée par de nombreuses personnes venant parfois de très loin. Le dimanche matin, en particulier, on pouvait entendre de nombreux tombereaux, attelés à trois chevaux, pleins de sable repartant de la carrière des Dunes.

L'agence postale d'Ergny rendait de nombreux services aux habitants de la commune (Caisse d'Epargne, Téléphone...) et des environs et cessa son activité dans les années 1970.

Bien que l'école actuelle fut bâtie en 1957, les écoliers de Quéhen fréquentaient les cours à Wicquinghem. Maintenant un regroupement pédagogique regroupe ces deux communes associées à celles d'Aix et de Maninghem.

La Ducasse qui se déroulait le 3ème dimanche d'Octobre fut transférée au 4ème dimanche après Pâques. La neuvaine Ste Germaine qui se déroulait le 1er Dimanche de Juillet a aujourd'hui disparu. On se rappelle encore du 20 Juin 1982 où la Municipalité organisa une corrida Camarguaise et où de nombreux jeunes devinrent pour un jour de véritables toréadors.

Les nombreuses méandres dans les prés que l'Aa traverse, donnent un aspect des plus agréables à ce village.

La fabrication et la vente directe de fromage de chèvre dans la commune complète le site agréable et touristique de la Haute Vallée de l'Aa.

Sources historiques :

  • Notes de M. Fernand Ducrocq
  • Les Fermes du Pays de Montreuil d'Albert Leroy

Propos recueillis le 14.02.1986 auprès du Club « La Vie Montante ».

 

Plan de Ergny