La commune d'Enquin sur Baillons Envoyer

Informations Générales

Blason de la commune d'Enquin sur Baillons
Blason Communal

Maire :

Francis SENECHAL
SENECHAL Francis

Secrétaire :

HUCHIN Marie-France

Adresse :

1 rue des étangs
62650 ENQUIN SUR BAILLONS

Horaires d'ouverture :

- mercredi de 10h à 11h

Permanence Maire :

- mercredi de 10h à 11h
- le samedi matin sur rendez vous

Contact :

03-21-81-09-39

 

Le Conseil Municipal

Mandature 2014-2020 :

SENESCHAL Francis, Maire – LELEU Pierre André, 1er Adjoint – LEFEBVRE Vincent, 2ème Adjoint – DEBOVE Jean-Claude – WIDEHEM Patrick – LELEU Tony – DUCRCOCQ Samuel – MERITANI Sérafino – VASSEUR Antoine – CUVILLY JOYEZ Sylvie – DELPLANQUE Francis

Historique

Le nom du village au cours des années :

1608 - Enequin, Quadrum, loc. cit..
1632 - Enequin, Th. géographique.
1648 - Enquin, Pouillé de la province de Reims.
1650 - Enxain, Jansson.

Un petit tour dans l'histoire :

VALLEE DE LA BAILLONNE

Nous escaladons le talus et nous voici sur la colline du Bois Roussel, à 120 mètres d'altitude. Tout autour de nous s'arrondissent d'autres collines: ce sont les collines d'Artois. A nos pieds, s'étend un magnifique panorama. La Vallée de la Baillonne s'allonge à travers le paysage. Là-bas, au loin, les ballastières brillent comme des miroirs. Sur les pentes des collines, s'étalent des pâturages. Partout, des bouquets d'arbres, des talus boisés, des haies: c'est le bocage. Dans le fond de la vallée, les maisons du village apparaissent, noyées dans la verdure (1).

ENQUIN-SUR-BAILLONS

C'est dans ce village que la Baillonne prend sa source à la Fontaine du Baillon.

La Seigneurie d'Enquin possédée en 1218 par Jehan d'Embry, passa par la suite à Colard Roussel qui la vendit en 1505 à Jean le Brun pour parvenir en 1669 à Antoine de la Rue. Le Château que celui-ci habitait à Enquin devint vers 1680 la proie des flammes et son fils, obligé de produire les preuves de noblesse, dut recourir au témoignage des gens du village qui attestèrent que le feu avait anéanti tous les titres de la Famille de la Rue. Cette bâtisse reconstruite, est actuellement une ferme au milieu des terres, dénommée "Le Manoir du Val d' Enquin". Une tour octogone en briques appuyée au corps de logis, les voûtes des caves en pierre calcaire laissent imaginer la vie des gens qui étaient là il y a trois cent ans et beaucoup plus.

Dans l'état des plaintes et doléances présenté par la Paroisse d'Enquin aux Etats Généraux de 1789, on relève certaines déclarations nous informant des coutumes et activités locales
"1 - Supplions très humblement de nous accorder la suppression des haras...
6 - Qu'il ne soit permis à aucun particulier de faire conduire leurs bestiaux dans les champs qu'après trois jours que la dépouille en sera enlevée...
10 - La suppression du droit d'échange à l'effet de donner une facilité aux propriétaires de rapprocher leurs terres et faciliter la culture
13 - De défendre à toute personne de chasser dans les campagnes avant que la récolte des grains soit rentrée."

(1) Extrait du Journal Scolaire "Les Baillons"

L'Eglise St Sylvestre date du XV ou XVIème siècle. La cloche nommée Marie date de l'An 1773 et fut offerte par Messire Bertrand Benoît du Blaisel Seigneur d'Enquin.

Au Cimetière, on peut d'ailleurs encore découvrir les tombes de cette famille tout comme les tilleuls classés l'entourant.

La construction de l'école actuelle fut commencée avant la guerre 14-18 mais les travaux furent abandonnés au niveau des fondations. Après guerre en délibération du Conseil Municipal, 2 parties s'opposèrent, l'un pour l'autre contre la construction de l'école sur les anciennes fondations. Le pour l'emporta et l'école fut terminée et réouvrit ses portes en 1929. Depuis, les fondations prennent l’eau chaque année.

Les élections furent souvent agitées à Enquin comme le rappelle le Journal de Montreuil du 17 Mai 1925 en ces termes "le nouveau conseil contre lequel a été utilisé en dernière heure une manœuvre que tous les honnêtes gens blâment".

Le Baron du Blaisel décédé dans les années 60 était considéré comme un haut personnage. Appelé "le Baron" par la population du fait de son rang, il est particulièrement influent durant les périodes électorales.

Monsieur Delerue qui enseigna à 3 générations est toujours très populaire et très respecté. On lui doit l'édition de "Les Baillons'" journal de la Coopérative scolaire, véritable reflet de l'activité locale.

On se rappelle des histoires de magie noire, fréquentes autrefois dans la région, comme celles des vers à queues. Les vers à queues rentraient dans la maison alors qu'à l'extérieur il n'y avait rien; pénétrant dans les salons, ils détruisaient la nourriture. C'était le jet d'un sort sur le propriétaire tout comme une fois des chèvres qui se sont dressées sur les pattes devant des promeneurs du soir. Sorcellerie ou imagination…

On retrouve cet aspect dans le cadastre tel le lieu-dit le fond de la fosse à loups sur lequel on disait pour faire peur aux enfants "attention si tu passes tout près, le loup va sortir", ou encore le marais pourri, terre inexploitée ou encore actuellement aucune autorisation de construction n'est donnée.

Un article du Journal de Montreuil du 6.11.1925 reflète les moyens de communication d'autrefois: "on a appris la prochaine amélioration du service des postes. Outre de nombreux avantages, une économie fort sérieuse sera réalisée alors que bien au contraire pour avoir un train spécial de Rang-du-Fliers à Hucqueliers ou un service automobile, il aurait fallu demander une subvention de près de 1000 F à chaque commune par an".

La Poste fut inaugurée en 1926 et desservait les villages d'Enquin, Parenty et Bezinghem. Lors de l’arrêt de la ligne de chemin de fer Aire – Berck en 1955, elle fut transférée dans les locaux de la Gare.

L’activité économique outre agricole reposait essentiellement sur "l'eau". La rivière permettait, il y a 40 ans aux agriculteurs d'irriguer leurs prés pour la culture du foin par le biais de barrage le long des cours de la Baillonne. Trois moulins à eau fonctionnaient en 1907, le dernier arrêta en 1955 et l'un d'eux fut transformé en Pisciculture.

Deux piscicultures travaillent encore actuellement ; lors d'une visite le 13.05.1969 de la Pisciculture du Val d'Enquin (Fondée en 1907), les élèves en décrivent parfaitement l'activité:
« Dans ce bassin fourmillent des truitelles. Dans celui-ci des truites bondissent hors de l'eau et retombent dans un floc sonore. Plus loin, d'énormes reproducteurs glissent entre deux eaux et l'on entrevoit leurs flancs arc en ciel. Un ouvrier lance à la volée de la pâtée aux poissons voraces ceux-ci se ruent sur la nourriture qu'ils happent.

Nous longeons le canal d'alimentation où file une eau limpide qui se déverse en chute dans les bassins; les truites avides viennent aspirer les bulles d'air.

Là, deux ouvriers trient des truites prisonnières dans un filet; les plus petites sont rejetées dans le bassin voisin, les plus grosses sont mises dans une trémie pleine d'eau d’où part un long tuyau où l'eau circule après un long voyage de plusieurs dizaines de mètres, les truites retombent dans un bassin lointain. Nous terminons la visite par la salle d'incubation, on y voit de minuscules alevins qui frétillent.

Les truites de chair ferme, sont vendues par milliers aux mareyeurs de Boulogne et dans les restaurants de la Région ».

A la veille de la deuxième guerre mondiale, Enquin vivait du cresson. Chaque jardin avait sa cressonnière et pratiquement toutes les familles s'adonnaient à la production du cresson pendant les mois d'hiver.

En 1970 on comptait à Enquin 24 parcelles en cressonnières, pour une surface totale de 3 ha 20 a. Du journal scolaire "Les Baillons" on retire les 10 commandements du cressonnier :

l - En Septembre, tu balaieras ta cressonnière, soigneusement
2 - Ensuite tu repiqueras du beau cresson, évidemment
3 - La gelée tu éviteras, en faisant monter l'eau prudemment
4 - Tu feras, pour le marché, de belles bottes seulement
5 - Tu les lieras avec du saule solidement
6 - Tu prendras garde l'hiver, aux poules d'eau naturellement
7 - Tu te méfieras des râles et des rats, également
8 - Tu détruiras là berle et la lentille d'eau pareillement
9 - Tu faucheras, en juin, le cresson fleuri hâtivement
10 - Tu nettoieras, l'été, la cressonnière, parfaitement.

En dehors de la Ducasse d’Enquin se déroulant le Lundi de pentecôte, le tridium de la Salette, la 1ère semaine de Septembre, était une fête religieuse où des processions aux flambeaux étaient organisées durant trois jours consécutifs.

Aujourd'hui, depuis 1977, la Guinguette au bord de l'eau le 4ème dimanche de Juillet, permet de mettre en valeur les étangs de pêche communaux qui font le plaisir des pêcheurs tout au long de la période estivale.

Sources historiques:

  • Notes de M. Fernand Ducrocq
  • Journal scolaire "Les Baillons"
  • Archives du Journal de Montreuil Les fermes du Pays de Montreuil
  • Les fermes du Pays de Montreuil d'Albert Leroy

Propos recueillis le 18 Novembre 1985 auprès de M. Valencourt Paul (55 ans) Maire, M. Delerue André (65 ans), M. Boulogne Marius (79 ans), M. Quillet René (67 ans), M. Lebas Léonce (49 ans), Mme Desenclos (63 ans).

 

Plan d'Enquin sur Baillons